« Anne Fulda | Accueil | Mon trafic à moi »

13/10/2005

Commentaires

gmc

cher jean,

nous vivons déjà dans une société ultra féminisée; posez-vous donc des questions non virtuelles telles que celle-ci:
Quels sont les deux facteurs d'influence les plus importants sur le comportement féminin?
réponse: premièrement la peur, deuxièment l'intérêt

à votre avis d'où peut bien provenir la psychose sécuritaire de ce pays?

je vous en voie un mail décrivant le féminisme sous toutes ses formes comme une idéologie fascisante; faites-vous une opinion non conditionnée par le discours médiatique démago.

herve resse

Mon cher Jean, nous avons déjà eu l'occasion d'évoquer ensemble ce probleme. En tant que citoyen républicain partisan de l'égalité, je regrette sincèrement le manque de femmes en politique. Mais je déplore tout autant celles qui pour arriver aux responsabilités, excipent d'abord et presque uniquement de leur sexe, comme si cela signifiait en soi une quelconque valeur ajoutée. C'est pure démagogie. Il est normal qu'existent des femmes arrivistes comme il y a des hommes arrivistes. Mais lorsqu'elles n'ont que le statut sexuel à invoquer, et non leur vision de l'avenir, on est dans un dévoiement du politique, et tant pis si je ne suis pas conforme aux idées reçues de l'air du temps! Les poses de Ségolène Royal dans la presse people avec ses enfants me scandalisent, tout comme Sarkozy faisant intervenir son gamin au congrès de l'UMP. Si on lui enlève son couplet critique des machos de gauche et de droite, que reste-t-il à madame Bachelot pour exister? Etre une femme n'a jamais été "une qualité en soi", et ne garantit en rien plus d'humanité dans le traitement des affaires: il suffit de se rappeler Maggie Tatcher! Le danger m'apparait grand que nombre de partisans du progrès décident de choisir une femme simplement pour afficher leur volonté égalitaire; oubliant alors que comme pour les hommes, on doit d'abord examiner la qualité de leur projet, les aptitudes supposées à gouverner des candidats ou candidates. Ne pas se tromper de débat. Nous n'avons pas besoin d'un SYMBOLE! nous avons besoin d'UN HOMME ou d'UNE FEMME d'ETAT, capable de redonner à ce pays une confiance, des moyens, des résultats...
Je trouve que deux femmes ont aujourd'hui cette dignité d'afficher leur convictions, leurs arguments, leurs actes, sans toujours nous rappeler qu'elles sont femmes, ce qu'on est tout à fait à même de constater seuls! A droite, Michele Alliot Marie. A gauche, Marie Georges Buffet. Il faut que ces femmes LA soient plus nombreuses. Sinon nous ne serons plus dans le débat politique, mais dans le casting médiatique.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.